Cheri fais tes valises by VPG

Magazine Voyage

>

>

>

Que faire à Madrid ? Les meilleures activités

Quelles sont les activités à faire à Madrid en 2022 ?

Découvrez les meilleurs activités à faire sur Madrid en 2022 pour un moment incroyable en famille ou avec ses amies

Madrid n’est ni Paris ni Rome. Bien qu’elle compte plusieurs musées, cathédrales et œuvres d’art d’importance mondiale, elle manque de “monumentalité”. Même les services publics, sans parler de la qualité de l’air et des embouteillages, sont sujets à révision. Pourquoi, dès lors, Madrid attire-t-elle autant, malgré ses difficultés ? Pourquoi les visiteurs, neuf fois sur dix, ont-ils plus de choses positives à dire à son sujet ? Le secret, s’il en est un, est l’enthousiasme sans bornes des habitants pour la vie. Une joie qui a survécu à la longue dictature de Franco et qui a passé la dernière décennie à gérer les conséquences de la catastrophe financière de 2008. En Espagne, la récession a été particulièrement sévère, avec des licenciements, des réductions de salaire et une réduction quasi universelle des conditions de vie. Cependant, Madrid est également pleine de jeunes, d’aspirations et d’espoirs. Pour les apprécier, il faut se mettre dans la peau d’un voyageur qui cherche à saisir le genius loci de la métropole espagnole. Voici quelques idées de choses à faire et à voir à Madrid. Bonne lecture.

La porte du Sol

Porte Sol

Enlevez les chaussures du touriste occasionnel et remplacez-les par celles du voyageur réfléchi. Pour vraiment profiter de Madrid, nous vous donnons ce conseil dès le début. La Puerta del Sol est le point de départ idéal pour notre voyage au cœur de Madrid. Elle est importante tout d’abord parce qu’elle marque le kilomètre 0 du réseau routier espagnol, et ensuite parce qu’elle a toujours été la place la plus importante de Madrid, même avant que la ville ne soit élevée au rang de capitale en 1561. Sans entrer dans les détails, il suffit de dire que le 15 mai 2011, la Puerta del Sol a été le théâtre d’un grand rassemblement contre les politiques d’austérité imposées par le gouvernement en réponse à la crise qui dure depuis trois ans. Les manifestations se sont étendues de Madrid aux principales villes d’Espagne, à l’instar de ce qui s’était passé en Tunisie et en Égypte quelques mois auparavant. Ainsi, bien qu’il s’agisse d’un lieu politiquement chargé, semblable à la place Syntagma d’Athènes, c’est aussi une place qui aime s’amuser. En vérité, la Puerta del Sol est le cœur battant de la movida madrilène. Huertas, le quartier le plus touristique de la ville, n’est pas loin, avec ses clubs, ses tavernes et ses brasseries. 

L’ancien bâtiment de la poste (Casa de Correos), qui abrite actuellement le siège de l’administration de la Communauté autonome de Madrid, vaut la peine d’être visité, surtout pour les 12 carillons (campanadas) que l’horloge du bâtiment annonce pour l’arrivée de la nouvelle année le soir du Nouvel An.

Musée du Prado

Musée du Prado

Ce musée abrite la plus grande collection au monde de peintures du peintre flamand Hieronymus Bosch. Ce seul fait suffirait à expliquer la popularité internationale du musée, mais ce n’est pas tout : outre les tableaux d'”El Bosco”, on peut admirer des œuvres de Velasquez, Goya, Caravaggio, Titien, Raphaël, Rubens, Brugel, etc. Plus de 70 000 œuvres d’art du XIIe au XIXe siècle peuvent être vues au musée du Prado. Des peintures, des sculptures et des esquisses remplissent les galeries, les salles et les appartements d’une structure néoclassique massive créée par l’architecte espagnol Juan de Villanueva à la fin des années 1700. Seule la famille royale espagnole aurait pu financer une entreprise aussi exceptionnelle. En réalité, c’est Charles III d’Espagne qui a fait construire le palais, avec l’idée d’en faire un musée d’histoire naturelle, mais c’est son neveu Ferdinand VII qui en a changé la fonction pour en faire une galerie de portraits de la famille royale. Bien entendu, le musée du Prado a subi plusieurs modifications et reconstructions au fil des ans, la plus récente étant l’ouverture d’un nouvel espace d’exposition dans le cloître voisin du monastère de San Jeronimo El Real en 2007. Enfin, comme la visite du musée prend plusieurs heures, il est conseillé d’éviter la foule du week-end.

Découvrez  Les 8 plus belles villes au Nord de la Crète

Musée Thyssen-Bornemisza

Musée thyssen

C’est une question de cœur. Pour le dire autrement, la longue affaire de la collection de Hans Heinrich Thyssen-Bornemisza, qui, après avoir été disputée par la moitié du monde, s’est installée (presque entièrement) à Madrid dans les années 1990, peut se résumer ainsi. Pourquoi ? Ce descendant de la famille Thyssen (l’une des “familles de l’acier” d’Allemagne) a épousé pour la septième fois l’ancienne Miss Espagne Carmen Cervera Fernández de la Guerra. D’autres facteurs (principalement économiques) ont manifestement influencé la décision de transférer cette précieuse collection d’art d’une maison de Lugano, en Suisse, à Madrid, sans sous-estimer l’importance du climat continental de Madrid (la ville se trouve à environ 600 mètres au-dessus du niveau de la mer), qui est plus propice à la préservation des toiles. Des toiles qui couvrent huit siècles d’histoire de la peinture, du Trecento italien au Pop Art américain. De Ghirlandaio à Picasso, en passant par Van Gogh, Renoir, Monet et les expressionnistes allemands. Depuis 1992, une collection d’œuvres d’art précieuses est conservée dans le palais Villahermosa du XVIIIe siècle, à quelques pas du musée du Prado.

Musée Reina Sofia

Musée Reina

Certains prétendent que voir Guernica, le chef-d’œuvre mondialement connu de Pablo Picasso exposé au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, est une raison suffisante pour visiter Madrid. En effet, ce tableau, qui montre le bombardement de la ville basque par l’aviation allemande pendant la guerre civile espagnole, est l’un des chefs-d’œuvre ultimes de l’art du XXe siècle. Ce n’est pas le seul à se trouver au deuxième niveau du musée, qui abrite la collection permanente : “La percée du XXe siècle : Utopies et Conflits”. Outre Picasso, la collection comprend des œuvres de Miró et de Dali, deux autres figures majeures de la peinture espagnole du XXe siècle. Le musée Reina Sofia, qui complète le “Paseo del Arte” de Madrid, est situé dans l’ancien Hôpital général, une structure du XVIIIe siècle créée par l’architecte royal Francisco Sabatini. Depuis 2005, un autre bâtiment aux formes futuristes créé par l’architecte français Jean Nouvel est relié à la structure existante. Cette nouvelle aile du musée accueille des expositions temporaires.

Place Cibeles

Place Cibeles

Si la Puerta del Sol est le lieu des manifestations anti-austérité qui ont abouti à la formation de Podemos, un parti qui est à égalité avec les socialistes pour la deuxième place dans les sondages derrière les Populaires, la Plaza de Cibeles est le lieu où les supporters du Real Madrid célèbrent les nombreux succès du club. Le résultat est une place “sportive” avec une fontaine au centre, Fuente de Cibele (voir photo), qui est entourée de quatre anciens bâtiments municipaux. Du nord au sud, le quartier général de l’armée est le Palacio de Buenavista ; le centre d’échange culturel Casa de America est le Palacio de Linares ; la salle municipale est le Palacio de Constituciones ; et la banque centrale est le Banco de Espana. La fontaine, qui est également dédiée à la déesse Cybèle (ou Cérès), est l’un des points de repère préférés des Madrilènes. Des sacs de sable l’ont protégée tout au long de la sanglante guerre civile qui a ravagé le pays de 1936 à 1939. À voir absolument !

La Plaza Mayor

La Plaza Mayor

La Plaza Mayor confirme l’habitude madrilène de vivre dehors. Aujourd’hui, ce mode de vie explique la fortune des visiteurs de la ville, mais se concentrer uniquement sur cette caractéristique serait une grave erreur. Peut-être plus que toute autre place de Madrid, celle-ci respire toute l’histoire de la ville. Il s’agit de la Casa de la Panaderia et de l’Arco de Cuchilleros, et non de la figure de Philippe II de Giambologna, que nous avons mise en évidence à propos de la fontaine de Neptune à Bologne. Le plus important des bâtiments anciens qui entourent la Plaza Mayor est la Casa de la Panaderia, qui doit son nom au fait qu’elle était à l’origine le lieu où était fixé le prix du pain (elle abrite aujourd’hui l’Office du tourisme de Madrid). L’Arco de Cuchilleros, quant à lui, est la plus connue des neuf entrées de la place. Le mot “Cuchilleros” fait référence à une guilde historique de fabricants de couteaux qui revendaient leurs produits aux bouchers locaux. En fait, il ne faut pas oublier que cette zone abritait autrefois le marché le plus important de la ville.

Parc Retiro

Parc Retiro

Saviez-vous que Madrid possède le seul monument au diable au monde ? Pour éviter tout malentendu, il est essentiel de préciser d’emblée qu’il ne s’agit pas d’un hommage. L’artiste Riccardo Bellver a réalisé en 1878 la sculpture Fuente del Angel Caldo (“Fontaine de l’ange déchu”), qui représente l’expulsion de Lucifer du royaume des cieux. Ce n’est pas la seule œuvre d’art de cet énorme parc public, qui est toujours animé par des visiteurs et des personnes en dehors des mois d’hiver. Des milliers de personnes se rassemblent ici dès le printemps pour participer aux activités de loisirs et de détente qu’un site comme celui-ci offre gracieusement aux observateurs. Les attractions du parc comprennent le Palacio de Cristal, le Palacio de Velasquez (les deux structures comprennent des œuvres d’art moderne), la Rosaleda (une roseraie spectaculaire) et le Bosque de las Ausentes. La “forêt des disparus”, en particulier, revêt une importance symbolique considérable. En effet, les 192 cyprès et oliviers plantés rappellent les victimes du terrible attentat du 11 mars 2004, lorsqu’une cellule terroriste liée à Al-Qaïda a fait sauter une série d’explosifs dans quatre gares régionales distinctes, tuant 192 personnes et en blessant des centaines d’autres. A voir absolument !

Résidence royale

La résidence royale en Espagne

Il est impossible de visiter Madrid sans voir le Palacio Real. Le fait que les rois d’Espagne n’y vivent plus est un point mineur. C’est dans la résidence royale de Madrid, le Palacio Real, qu’a lieu la célèbre relève de la garde tous les premiers mercredis du mois (sauf en janvier, juillet, août et septembre), un moment convoité par les touristes qui se pressent derrière les grilles de la Plaza de la Armeria ou sur les marches de la cathédrale de la Almudena (pour en savoir plus sur la relève de la garde : www.guardiareal.org). La visite guidée de l’édifice, quant à elle, ne couvre qu’une partie des 3 000 pièces qui le composent. L’Armurerie royale, qui possède une énorme collection d’armes et d’armures de la famille royale et de la cour, et la Galerie de peintures, qui abrite des tableaux de Velasquez, Goya, Caravaggio et Tipeolo, sont sans aucun doute les galeries les plus fascinantes. Les appartements d’État sont également remarquables pour leur richesse et leur influence rococo typique du XVIIIe siècle. En réalité, Philippe V a ordonné le début de la construction du palais royal en 1738. Le projet, conçu par les architectes italiens Filippo Juvarra (l’un des meilleurs interprètes du baroque) et Giovan Battista Sacchetti, a pris plusieurs années pour être achevé, Charles III devenant le premier monarque à y vivre en 1764.

Découvrez  Les 6 plus belles montagnes à voir sur l’Île Maurice en 2024

La gare d’Atocha

Gare d'Atocha

Lorsque Al-Qaïda a fait exploser dix explosifs à bord de quatre trains régionaux le 11 mars 2004, la gare d’Atocha a été l’un des endroits les plus touchés. Malgré le pire attentat de l’histoire de l’Espagne, qui a également dû faire face aux plus fortes poussées de nationalisme basque, l’histoire de la première gare de la capitale n’a pas été effacée. L’événement est commémoré par un monument, comme il se doit, mais la gare a rapidement refait surface en tant que destination touristique importante à Madrid. Plusieurs éléments contribuent à sa popularité : le premier, comme nous l’avons déjà dit, est qu’il s’agit de la plus ancienne gare de la capitale ; le second, et le plus important, est le mélange de béton, d’acier et de verdure. En effet, depuis 1992, la gare d’Atocha sert principalement de centre commercial de loisirs, avec un joli jardin tropical comprenant des milliers de plantes de différentes variétés. Quelques trains touristiques continuent de circuler, mais la majorité des passagers ont été redirigés vers la nouvelle station adjacente de trains à grande vitesse et de trains longue distance. L’immense voûte de fer et de verre qui surplombe la gare d’Atocha, qui a conservé son aspect extérieur original, est immédiatement identifiable.

Madrid Rio

Madrid Rio

L’Espagne était une économie en pleine croissance avant la crise financière de 2008. La construction, plus que toute autre industrie en Europe, a alimenté le boom immobilier qui a débuté aux États-Unis. En revanche, la construction n’est pas synonyme de spéculation, et il existe d’autres exemples, exemplaires, de régénération et de transformation de lieux publics en friche au milieu d’épisodes plus que problématiques d’étalement urbain. Le Rio de Madrid, un parc public urbain ouvert en 2011 mais envisagé depuis 2003, est l’un de ces grands exemples. Une zone de loisirs de 120 hectares construite après l’ensablement d’un morceau d’autoroute (le périphérique M-30) qui avait pendant des années coupé en deux le Manzanares, un sous-affluent de l’énorme fleuve Tage qui traverse la péninsule ibérique et se jette dans l’océan Atlantique près de Lisbonne. 

Découvrez  Organisez votre voyage au Chili

Pistes cyclables, patinoires, courts de tennis, terrains de football, centres de canoë, canoës, et même une plage : les 10 kilomètres du Rio de Madrid ont vraiment tout pour plaire, avec une attention constante aux besoins des personnes âgées et handicapées, comme en témoigne la suppression des restrictions physiques et architecturales. Bien entendu, les habitants des communautés voisines ont été les premiers à profiter de cet immense parc. Le Rio de Madrid, quant à lui, est devenu un héritage partagé par toute la ville, y compris par les dizaines de milliers de visiteurs qui s’y rendent tout au long de l’année. À ne pas manquer !

Rastro El

El Rastro

El Rastro, le “marché aux puces” le plus connu de Madrid, se tient chaque dimanche sur la Plaza Cascorro, au sud de la Plaza Mayor (voir point 6), depuis plus de 400 ans. Bien entendu, ce charmant marché s’est progressivement étendu à toutes les rues autour de la Plaza Cascorro et, comme c’est souvent le cas dans ce genre de situation, son attrait réside dans la possibilité de se mêler à des milliers d’autres personnes venues de toute la ville. De nombreux touristes, principalement des Madrilènes, sont impatients de participer au rituel du marchandage, qui est suivi d’un arrêt tout aussi traditionnel dans les pubs et les trattorias du quartier. En fait, si l’on peut trouver des affaires parmi les vêtements usés, les bibelots, l’artisanat de pacotille et les antiquités, El Rastro a toujours été avant tout un lieu de rencontre sociale. C’est un endroit agréable à fréquenter, mais attention, vous pourriez tomber sur des pickpockets. Pour éviter tout choc désagréable, il suffit de suivre les mesures habituelles (ne vous promenez pas avec beaucoup d’argent liquide, ne mettez pas votre portefeuille dans la poche arrière de votre jean, gardez votre sac et vos porte-monnaie bien en vue, etc.) A voir absolument !

=> Découvrez les plus jolies villes d’Espagne dans cet article !

Attention à Madrid pour visiter :

Les pickpockets

Madrid est une ville à apprécier à l’extérieur, comme nous l’avons mentionné à plusieurs reprises au cours de notre voyage. Cela entraîne invariablement la présence de pickpockets et de voleurs. Nous en avons parlé à propos du marché El Rastro, mais ce n’est pas le seul endroit où des chocs désagréables peuvent se produire. Les tramways, les transports en commun et les rues movida autour de la Puerta del Sol sont autant de “situations” dans lesquelles vous devez garder les yeux ouverts autant que possible. Mais n’ayez crainte. Il n’y a rien à craindre si vous prenez les mesures adéquates (ne vous promenez pas avec beaucoup d’argent liquide, ne laissez pas votre sac ouvert, ne portez pas de colliers, de bijoux ou de montres précieuses, par exemple).

Évitez les mois d’hiver

C’est un conseil à prendre avec des pincettes, ou à suivre uniquement si vous avez vraiment froid. Le climat de Madrid est continental, ce qui signifie que si les mois d’hiver (en particulier janvier et février) sont froids, ils sont aussi secs. En d’autres termes, si vous êtes prêt à braver le froid, vous pouvez visiter la capitale espagnole toute l’année. En revanche, vous pouvez éviter les désagréments en attendant simplement l’arrivée du printemps.

Évitez les files d’attente dans les musées

Nous vous recommandons d’éviter les foules du musée du Prado, surtout le week-end. Cette proposition peut également s’appliquer à d’autres musées, d’autant plus que leur accès est gratuit à certaines périodes de la journée (pour en savoir plus, consultez les sites officiels indiqués dans les paragraphes de référence). Toutefois, la valeur de la gratuité est essentiellement réduite à néant lorsque l’on est confronté à des files d’attente d’un kilomètre. Par conséquent, il est préférable de bien réfléchir à ce qu’il faut faire, surtout si l’on tient compte du niveau subjectif de tolérance.

5/5 - (2 votes)

Les derniers articles écrits par Merlin :

Best-Seller du Moment

Hôtel Zoëtry Agua Punta Cana – World of Hyatt Inclusive Collection 5*

Offre spéciale : Jusqu'à -80% par nuit

A ne pas manquer

Nos dernières pépites en Espagne

Au Tarif Exclusif!
Costa Adeje

Baobab Suites 5*

Portinatx Beach Club 4*
Sant Joan de Labritja

Portinatx Beach Club Hôtel 4*

Chéri fais tes valises

Jusqu'à 50€ offerts

sur vos prochaines vacances en parrainant vos proches !